PANAMARENKO

Knikkebeen

1998 | Technique mixte | 45 x 57 cm (encadrée) | EV28

Après avoir à ses débuts pratiqué le happening, dont il conservera dans toutes ses oeuvres la dimension ludique, il s’intéresse très tôt, dés la fin des années soixante, aux machines volantes. Son pseudonyme choisi en songeant à la compagnie d’avion Pan American and Co, est déjà un manifeste. Les machines à voler réalisées utilisent des techniques simples, voire obsolètes. Ni visionnaire comme Vinci, ni utopiste comme Tatlin ou les futuristes, Panamarenko nous entraîne dans un parcours à rebours du progrès scientifique, dans une totale liberté d’imagination qui se teinte parfois d’ironie. Se libérer de la pesanteur, c’est quitter la condition terrestre, et Panamarenko crée dès 1966 des chaussures magnétiques pour marcher au plafond. Prendre son envol tel l’oiseau, c’est le rêve absolu qui rapproche l’homme du ciel, abolit les distances et donne une maîtrise de l’univers.

Extrait du dossier pédagogique du FRAC Pays-de-la-Loire

Réserver l’œuvre

Calendrier de disponibilité de l'oeuvre