Clément VINETTE

La mutation du jaguar bilingue

2018 | Polyptyque avec captation vidéo au TU Nantes sur clé USB – 34’50’’, peinture, photographie N&B et photographie couleur | 200 x 50 cm (encadrée) | EAM81A-D

La mutation du jaguar bilingue est une installation. La pièce consiste en un triptyque accompagné de la captation vidéo d’une performance, donnée comme une conférence au festival d’Oodaq à Rennes en mai 2018 et au TU Nantes en avril 2019.
À l’origine de ce projet, un portrait photographique, réalisé sur la Plaza de Armas à Lima au Pérou, où ma compagne et moi-même étions en résidence. Il s’agit du projet TRAVERSER que nous avons co-créé en 2017 avec Nahomi Del Aguila comme un temps de résidence et d’échange entre Nantes et Lima.

C’est Le 20 mars 2018, alors que nous marchons dans les rues du centre historique de Lima, qu’un photographe de rue assermenté pour réaliser des portraits touristiques nous propose d’immortaliser le moment. Il régnait une ambiance politique assez tendue dans la capitale car l’ex-dictateur Fujimori venait d’être gracié malgré des soulèvements populaires nationaux et des manifestations dans la capitale. Nous posons donc devant cette fontaine historique, protégée ce jour là d’une garnison de policiers venus contenir les débordements des manifestants.
Une fois le cliché pris, le photographe, armé de son imprimante sur batterie, nous remet notre image.
Plus tard, avant de partir pour un séjour en forêt Amazonienne, je confie notre photo noir et blanc à un coloriste de Lima. Jusqu’à il y a peu, la technique des «iluminadas » consistait à coloriser et redonner une nouvelle vie à des portraits en noir et blanc en peignant directement à l’huile sur la photo. Aujourd’hui les coloristes se sont reconvertis et travaillent numériquement. Après notre séjour en forêt, nous rentrons à Lima et je vais récupérer l’image. Le coloriste avait pris soin de retirer l’arrière plan initial au profit d’un fond « coucher de soleil sur fleuve amazone » pour, dit-il, rendre le portrait plus romantique.
Enfin, peu de temps avant notre retour en France, j’ai rencontré Señor Zenon, un peintre originaire des montagnes Andines, installé depuis 30 ans à Lima. Il peint d’ordinaire des paysages et des visages de la montagne. Je lui ai confié l’image colorisée avec « fond romantique » pour qu’il réalise une nouvelle version, la sienne. Cette fois le fond est uni, nos visages sont allongés, nos nez sont plus longs et fins, des traits typiques des visages andins.

Le triptyque qui compose cette installation déploie en trois images une séquence.
Ces tableaux-diapositives proposent une lecture plurielle et mouvante d’un instant photographique. Un instant même, répété et ausculté en trois valeurs de plans : plan moyen, plan américain, plan rapproché-poitrine qui opèrent comme un séquençage d’un traveling avant. Le sujet, quoique agité par les changements à vue des arrière-plans ne change pas. Il s’agit toujours, quelque soit l’image, de la même scène : ma compagne et moi-même, photographiés en touristes.
Le cliché, renouvelé, resserre le cadre sur le sujet, épaissit sa facture et change de dimensions à chaque diapositive. Le portrait photographique qui initie le triptyque et ouvre le récit, au fil de la  partition perd de sa valeur objective, fait glisser la lecture de l’ensemble dans un champ cognitif et symbolique : celui des traductions et des représentations. D’une image à l’autre, les interprétations conversent et s’imitent dans un jeu de détournement d’héritages et de contrefaçons.

Élément 1 (vidéo)
La mutation du Jaguar Bilingue
Vidéo-captation de la performance.
34’50 »min
2018

Au travers d’un récit de voyage intimiste qui pourrait de prime abord ressembler à une banale soirée diapositive, « La mutation d’un jaguar bilingue » tente volontairement de mêler le vrai et le faux d’un parcours touristique. Depuis Lima jusqu’en forêt Amazonienne, le récit se répète et se meut. Comme le voyageur qui peu à peu accède à une meilleure compréhension de la langue et du pays qu’il visite, le spectateur s’empare au fur et à mesure des clés que le spectacle lui donne et découvre la complexité d’un langage, d’un statut. Dans un aller-retour permanent entre l’image et la parole, entre un jeu et un réel, je questionne les notions d’intraduisible, d’interprétation et de représentation, qui se dégagent petit à petit dans le hors champs.
Cette conférence-performance a été créée pour le festival d’Oodaq à Rennes en mai 2018. Elle a été diffusée au TU Nantes en avril 2019.

« Une traduction ne peut pas être juste ou fausse à la manière d’une interrogation scolaire ou d’un extrait bancaire. Une traduction est plutôt comme un portrait à l’huile. L’artiste peut inventer un pendentif avec une perle, ajouter une touche de carnation à la joue, négliger quelques fils d’argent dans les tempes — et tout de même nous proposer un portrait ressemblant. (…) Les mystérieuses capacités qui nous permettent de reconnaître de bonnes correspondances en matière visuelle semblent proches des talents requis pour juger de la valeur d’une traduction. Mais contrairement aux amis du modèle d’un peintre, les utilisateurs d’une traduction n’ont pas pleinement accès à la source de l’œuvre. Et donc en définitive, il n’y a pas d’autre choix que de faire confiance au traducteur. »
David Bellos
Extrait de « Le poisson et le bananier »
Ed. Flammarion (2011)

Élément 2 (photo Noir et Blanc)
La plaza de Armas
25 x 19 cm
Photographie numérique noir et blanc.
Photographe Anonyme.
Lima, 2020

Élément 3 (caisson lumineux)
Le fleuve Amazon
44 x 30 cm
Caisson Lumineux Inox, Led.
Impression numérique sur plexiglas
Composition numérique E.Calvez
Lima, 2020

Élément 4 (Toile)
Les gens de la Montagne
66 x 51,5 cm
Huile sur toile.
Peintre S.Zenon.
Lima, 2020

  • POINT TECHNIQUE
  • 3 encadrements ( 25 x 19 cm Élément 2 photographie noir & blanc ;  44 x 30 cm Élément 3 caisson lumineux ; 66 x 51,5 cm Élément 4 (Toile))
  • 3 clous au mur
  • prise électrique murale (fil de 4m)
  • envergure totale (hors vidéo) : 155 x 51,5 cm
  • pour un emprunt chez les particuliers il est possible d’accrocher seulement les 3 encadrements ; dans un contexte d’exposition, la vidéo sera aussi présente.

Réserver l’œuvre

Calendrier de disponibilité de l'oeuvre