Irma KALT

REM KOOLHASS GAME # 6

2011 23 x 32 cm (encadrée) | EAI08

Tout à commencé le jour ou je me suis acheté ma première carte de la ville de Beijing. J’étais alors dans une librairie internationale, dans le quartier de Wangfuijing, près de la place Tian’anmen.
Comme toute carte pour touristes elle contenait sur son plan des petits dessins illustrant les bâtiments les plus importants de la ville, et je me souviens avoir fantasmé, tout particulièrement, sur l’illustration du CCTV (China Central Television – siège de la télévision chinoise construit entre 2004 et 2009 par le cabinet d’architectes néerlandais Rem Koolhass).
Elle m’évoquait ce jeu que j’avais enfant – un anneau de bois rectangulaire aux structures modulables, peint de gris et de rouge, qui servait à explorer et jouer avec la complexité des formes, ainsi qu’à développer la motricité des enfants…
Durant mon séjour dans la capitale du nord, je n’ai pas trouvé le temps pour me rendre au CCTV. Je la voyais cependant de loin pointer ses formes étranges au dessus des autres constructions. En rentrant de voyage j’ai commencé à chercher le plus grand nombre d’images prises de ce bâtiment et disponibles sur le net.
CCTV forme une boucle composée de six sections horizontales et verticales, ses façades sont asymétriques en tout points et leurs structures entourent un espace vide en son centre.

(…)J’ai studieusement redessiné une à une toutes les images collectées, et je me suis rendu compte qu’au final il n’y avait que cinq prises de vues différentes du bâtiment.

Dans un deuxième temps j’ai associé à ce projet, des dessins réalisés d’après des photographies prises d’un module de construction en bois pour enfants. Ces dessins mis l’un à coté de l’autre m’ont permis d’élaborer une improbable rencontre, un dialogue entre ses formes.

Les modules de bois sont reproduit à échelle un. CCTV réduit à la taille du jouet. Ils apparaissent sur des feuilles de papier, comme des formes découpées dans différents aplats de gris, rejetant tout réalisme. Et pourtant.
Les formes du jeu de bois paraissent tronquées, fausses dans leurs perspectives, mal dessinées.

Elles épousent cependant parfaitement la prise de vue photographique – suivent et calquent ce que l’objectif à capturé. Quand aux cinq dessins du CCTV, ils apparaissent à la même taille que les représentations du jouet. Ils se plient aux mêmes règles du jeu – ils construisent un espace, se posent sur la feuille, et comme les dessins de châteaux que réalisent les enfants, ils attendent que l’on raconte leur histoire pour qu’ils puissent exister.

Irma KALT, 2011

Réserver l’œuvre

Calendrier de disponibilité de l'oeuvre