Blandine BRIÈRE

Camp de base – Tente 5

2018 | Sculpture acier, série de tirages uniques en gélatine alimentaire cyanotypée | 100 x 50 x 16 cm | EAM18

Camp de base est une série de maquette d’habitat mobile de ceux qui laisse une trace évanescente comme pionniers de la cartographie. Commencée en 2018, chaque pièce est composée de la structure en acier comme ossature et de son enveloppe dépliée, le patron en gélatine alimentaire.

Chacune des gélatines seront encadrées.

La première série, qui représente 6 maquettes de tentes, est réalisée en écho au film documentaire de Werner Herzog, Gasherbrum, la montagne lumineuse, 1984 inspirée des ascensions mythiques de Reinhold Messner et Hans Kammerlander. La toile de gélatine est le support d’impression du cyanotype. Cette technique me permet à la fois la possibilité de peindre avec la chimie tout en révélant un négatif photographique. Pour cette série de tente j’ai retravaillé les images des montagnes filmées par Werner Herzog.

Le ciel bleu, sans nuages, contraste avec les sommets enneigés, la montagne semble plus massive et plus proche du ciel. Lors du départ des alpinistes, pour le Gasherbrum I, les alpinistes sont réduits à deux points mouvants et noirs dans une mer de neige.

Ils cherchent à faire trace, leur parcours est un dessin.

Gravir la montagne serait le moyen d’accéder à un nouveau point de vue sur le paysage. « Mais ces montagnes et ces sommets n’existent-ils pas au fond, dans l’âme de chacun d’entre nous ?» Question posée par Herzog dans les premières minutes du film documentaire. Les paysages d’Herzog sont des paysages états-d’âme, où transparait la notion du sublime des romantiques du XIXème siècle.

L’installation propose une mise en lumière de l’œuvre de Werner Herzog par l’utilisation du cyanotype, un des premiers procédé photographique de la révélation, inventé au XIXème siècle comme objet d’étude pour l’astronomie.

Les maquettes de tente sont réalisées en gélatine alimentaire, c’est une matière vivante principalement composée de collagène (os, peau et tendons), elles représentent enveloppe de la structure en acier, un vide s’opère, celui de l’absence de héros.

La deuxième série réalisée en 2020 est inspirée de prototypes architecturaux d’habitats scientifiques pour les fonds océaniques. Ces habitats sont conçus pour la pression marine, ce monde souterrain convoque l’imaginaire mais est aussi le terrain de recherches de scientifiques, qui ausculte les reliefs des fonds marins, qui représente 70 % de la planète et où pourtant il subsiste encore beaucoup d’inconnu.
Pour la création des cyanotypes j’ai réalisée des négatifs à partir de la dernière carte des reliefs des fonds océaniques que j’ai pu obtenir grâce à IFREMER.

La trace laissée sur le cyanotype, celle évanescente des alpinistes dans la neige, ou encore celle éphémère d’une œuvre dans un espace d’exposition sont mises en écho. Qu’est-ce qu’une exposition ? Qu’est-ce que s’approprier un espace ? Comment faire trace ?

Réserver l’œuvre

Calendrier de disponibilité de l'oeuvre